Random Post
Search
  • Home
  • Islande
  • Cap sur les îles Vestmann : notre coup de cœur en Islande !
Search

Cap sur les îles Vestmann : notre coup de cœur en Islande !

La découverte des îles Vestmann était une étape que j’attendais avec impatience depuis la préparation du voyage ! Et c’était au final amplement justifié puisque cet endroit a été un de mes grands coup de cœur de ce voyage en Islande. C’est pour moi une étape incontournable dans le pays et il m’était donc inconcevable d’en faire l’impasse. Cet archipel est notamment connu pour son impressionnante éruption volcanique de 1973 qui rasa une partie des habitations créant des paysages de lave déchiquetée au pied des volcans.

Les îles Vestmann forment un groupe de plusieurs îles dont la seule a être habitée est Heimaey. Elles sont visibles depuis le continent et semblent perdues au bout du monde avec des falaises qui tombent à pic, un port et d’innombrables oiseaux. Elles abriteraient d’ailleurs une des plus grandes colonies de marareux au monde puisque des dizaines de millions d’oiseaux viennent y couver chaque année. Un lieu à ne pas négliger donc et à visiter au moins une fois. Dépaysement garanti !


ⓘ INFOS PRATIQUES : 

✎ L’île d’Heimaey se visite facilement en 1 journée ! Le ferry part en général à 9h45 du port de Landeyjahöfn. Vous pouvez vérifier les horaires sur ce site. La traversée dure environ 35min.

✎ Pendant la haute saison, il est préférable de réserver vos billets à l’avance sur ce site. Si vous voyagez en basse saison comme nous, vous pouvez bien sûr acheter vos billets directement au port. En Novembre 2017, le prix de la traversée était de 1380 ISK par personne (soit environ 11€). Vous pouvez également embarquer votre voiture pour 2220 ISK (soit environ 17€) mais honnêtement c’est un peu inutile puisque l’île est assez petite. Faites des économies ! Le mieux étant donc de la laisser sur le grand parking (gratuit) du port de Landeyjahöfn et de profiter de la découverte de l’île à pied.  


Nous avons embarqué le samedi matin à 9h45 à bord de l’imposant ferry Herjólfur en direction d’Heimaey. Moi qui aie le mal de mer et qui n’aime pas trop les bateaux, j’ai pourtant apprécié la traversée qui s’est faite en douceur et en 35min nous étions déjà arrivés ! Nous avons été rapidement accueillis avec le soleil. La journée allait être radieuse, quelle chance ! Et en arrivant c’est déjà la grosse claque ! La ville et le port sont encadrés par d’imposantes falaises, les 2 volcans menaçants l’Eldfell et l’Helgafell, toute cette nature et ces paysages magnifiques c’est un grand bol d’air frais (glacial même malgré le soleil…) qu’on s’offre ici ! Pas de doute, j’aime déjà ce petit bout de terre en plein Atlantique Nord.

L’ascension de Stóraklif

Dans un petit carnet, j’avais noté quelques points d’intérêts à ne pas manquer et c’est tout naturellement que nous nous sommes dirigés vers le tout premier, le sommet de la vertigineuse Stóraklif. Bien que le chemin soit mentionné dans notre guide, nous sommes quand même prévenus de la difficulté de cette ascension très raide mais récompensée pour les plus courageux par une « vue exceptionnelle ».

Après un rapide coup d’œil sur ce qui nous attend, nous entamons l’ascension. Ça se corse très vite puisque ça devient très raide et les cordes présentes pour nous aider ainsi que le froid nous brûlent les mains … Qu’à cela ne tienne ! Plus nous montons plus la vue est superbe ! Impossible de se priver de ça ! On est fous mais au final ça valait le coup ! 45min (et quelques cloques plus tard) nous arrivons enfin au sommet. Cette montée, si rude, en valait tellement la peine ! Nous restons pendant près d’1h à contempler la vue à 360° que nous offre l’endroit. Je vous passe les détails de la descente, aussi chaotique que l’aller mais … nous l’avons fait !

À notre retour en ville il est déjà l’heure de manger. Ici, il y a un grand nombre de restaurants typiques (islandais et fruits de mer) mais attention il se pourrait que quelques établissements ferment leurs portes durant la basse saison, comme nous l’avons remarqué en y allant. Pour faire simple, nous avons fait quelques courses au Bónus (il y a aussi un Krónan) et avons pique niqué sur les bancs à l’extérieur en appréciant le soleil.

Les champs de lave et les sites historiques

Après ce repas rapidement englouti nous prenons la direction des champs de lave « Eldfellshraun » toujours à pied. C’est lors de l’éruption de 1973 que ce champ de lave s’est formé. On se balade ainsi à travers ce labyrinthe de sentiers dans un paysage lunaire que l’on est surpris d’arpenter, sur les traces d’une éruption dévastatrice qui emporta dans le passé de nombreux bâtiments érigés à cet endroit même …

D’ici, n’hésitez pas à descendre au fort Skansinn sur la gauche. Ce bel espace au bord de l’océan et des falaises regroupe quelques sites historiques comme les murs en pierre du fort (rénovés car partiellement détruits), une petite église en bois trop mignonne et les vestiges des anciennes citernes de la ville complètement rongées par la lave en fusion. Ce qui nous surprend ici à mesure que l’on arpente cette île, c’est ce calme, ce silence, tellement apaisant … que l’on a l’impression que le temps s’est arrêté. Nous sommes sous le charme ! L’île a tellement à offrir !

L’ascension du volcan Eldfell

Nous rebroussons finalement chemin à travers toute cette lave pour entamer cette fois-ci l’ascension du fameux volcan Eldfell. Oui oui, celui là même qui apparu un matin de janvier 1973 ! Ses coulées de lave ont ainsi augmenté le volume de l’île de 20%. L’accès est très facile et très bien indiqué depuis le centre-ville et l’on grimpe par des petits sentiers. C’est un lieu incontournable de randonnée qui offre, après quelques minutes de marche, une superbe vue d’ensemble depuis son sommet.

Les couleurs sont hyper contrastées, c’est dingue ! On retrouve à la fois le vert de l’herbe, l’ocre du volcan, la lave noire, c’est hors du commun et nous prenons un immense plaisir à immortaliser tout ça. Une découverte de plus à ne pas manquer !

Balade à travers l’île

L’après-midi est déjà bien entamé lorsque nous redescendons le sentier. Bien que nous soyons en pleine saison hivernale en Islande, je nourrissais tout de même l’espoir de voir quelques macareux, ces oiseaux bien trop mignons qui font la renommée de l’île et du pays. Pour les quelques heures qui nous restent sur Heimaey, nous décidons de nous balader vers le sud de l’île réputé pour être un bon endroit pour leur observation.

Nous arpentons donc les rues, bien calmes, en admiration devant les maisons colorées et typiques du pays. À notre arrivée au bord des falaises, pas de macareux. Ils sont déjà partis pour des contrées plus chaudes mais c’est pas grave, nous avons encore une belle vue sur l’océan et sur ses vagues agitées qui viennent gifler les parois rocheuses. Au final, les seuls macareux que nous aurons vu sont ceux qui se trouvent sur les panneaux (trop choux) de l’île …

Nous avons ensuite rebroussé chemin en direction du ferry pour une traversée à 18h45. Nous sommes encore tellement ravis de cette belle journée, remplie de découvertes, de « Wow ! » et de vue à couper le souffle. Cette étape sur les Iles Vestmann reste un de mes meilleurs souvenirs d’Islande ! C’est un endroit magnifique qu’il serait bien dommage de négliger …

7 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :